PAROLES D'ENCOURAGEMENT

Tu es au service du Seigneur et des tensions se sont malheureusement installées au sein de ton couple...

Tu es peut-être un chrétien ou une chrétienne engagée, voir même un serviteur de Dieu ou encore l’épouse d’un pasteur, d’un évangéliste, d’un missionnaire. Tu constates que des tensions se sont installées entre ton conjoint et toi et tu ne sais comment faire pour rétablir ta relation avec lui. Que faire, comment réagir ?
Tu as tout à coup une foule de choses à lui reprocher et l’ennemi, par-dessus le marché, t’a donné un bon coup de main pour cela. Ou alors ce sont des choses absolument banales, insignifiantes, sans réelle importance qui vous ont conduits à vous quereller, et cela a peut-être dégénéré en de violentes disputes !

Malheureusement, nombreux sont les couples chrétiens, voir même les couples de serviteurs de Dieu aujourd’hui, qui ont cessé de mettre leur force en commun pour résister à leur adversaire. Ils sont désunis et se suspectent, s’envient, voir même se combattent l’un l’autre. Un véritable mur s’est dressé entre eux. Comment, dans une telle situation, espérer remporter la victoire sur l’ennemi de votre famille.

Combien il est alors important de se rappeler que Satan mettra tout en œuvre pour diviser votre foyer : car ce qu’il craint le plus, c’est un couple qui marche et agit en harmonie devant le Seigneur. Il cherchera, à tout prix, à engendrer en chacun des conjoints des conflits, de mauvais sentiments l’un à l’égard de l’autre et il utilisera tout son arsenal de ruses pour tenter de vous diviser.
Il sait aussi qu’il aura plus de chance à y parvenir en vous attaquant séparément, et en cherchant, d’une façon ou de l’autre, à vous dresser l’un contre l’autre, en vous poussant à vous quereller, au point même de vous inciter à la violence (du moins en paroles) l’un à l’égard de l’autre. Plus vos querelles seront agressives, violentes mêmes, plus l’ennemi sera content. Il suscitera toujours des opportunités de vous faire mutuellement des reproches, de vous disputer, même de vous quereller.
Hélas ! Que de couples chrétiens, même parfois de serviteurs de Dieu, se font ainsi piéger par les intrigues apparemment inoffensives du diable. Certains, même à la fin de leur vie, ne parviennent pas à réaliser qu’en cédant ainsi à ses tentations, ils sont en fait tombés dans les pièges du malin.

Le passage suivant des Ecritures convient si bien à une telle situation, lorsque l’apôtre Paul nous exhorte en disant : « Je vous exhorte … à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur avec patience, vous supportant les uns les autres avec amour, vous efforçant de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix.
Combien il est important que les disciples du Seigneur, en particulier le couple de serviteurs de Dieu, soient unis et le restent ; qu’ils s’entraident et qu’ils fassent front ensemble à leur ennemi commun, réalisant qu’ils sont en première ligne sur ce champ de bataille.

Un autre verset dans l’épître à Timothée, chapitre 2, versets 24-26 vous aidera à remettre les choses en place dans votre esprit, et à rectifier votre attitude à l’égard de votre conjoint, avec lequel vous vous êtes disputés.
Dans ce passage, l’apôtre Paul exhorte un jeune serviteur de Dieu en lui rappelant ceci : « Il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des querelles (encore moins avec son épouse) ; il doit, au contraire, être affable pour tous (en particulier à l’égard de son épouse), … doué de patience ; il doit redresser avec douceur les adversaires (dans ce cas particulier, son épouse), dans l’espérance que Dieu leur (lui) donnera la repentance (s’il y a eu erreur de sa part) pour arriver à la connaissance de la vérité, et que revenus à son bon sens, il (ou elle) se dégagera des pièges du diable, qui s’est emparé de lui (ou d’elle) pour les soumettre à sa volonté ».

Une autre réalité à considérer dans une telle situation de tension, de querelles au sein du couple est de se rappeler que : « même la VERITE, dite sans AMOUR, ne reste qu’un dogme qui ne touche pas le cœur. En vous adressant à votre conjoint, efforcez–vous de lui dire les vérités que vous voulez lui communiquer avec amour, car c’est seulement lorsqu’elles sont dites avec amour que l’Esprit de Dieu pourra les utiliser pour changer l’esprit de votre conjoint. LA VERITE dite avec AMOUR est difficile à rejeter.
Si, entre époux, nous parvenons à nous dire la vérité avec amour, comme nous l’exhorte l’apôtre Paul dans l’épître aux Ephésiens, chapitre 4 et verset 15, nous croîtrons à tous égards en Christ. En agissant ainsi, et grâce à l’assistance du Saint-Esprit, notre couple se consolidera et s’édifiera dans l’amour du Seigneur.

Dire la vérité ne doit jamais être séparé de l’amour que les conjoints ont l’un pour l’autre. Combien il est important de se rappeler aussi que le véritable amour consiste à sacrifier ses propres intérêts en faveur de l’épanouissement de votre conjoint. En fait, l’amour et la vérité sont deux jumeaux inséparables. La vérité peut blesser, il est vrai, mais l’amour sait en soulager la douleur.
Combien il est indispensable d’apprendre à parler avec amour, si nous voulons que notre épouse ou notre époux nous écoute. Car si nous lui disons la vérité en étant nous-mêmes remplis d’orgueil, de propre justice, l’esprit de notre conjoint n’en sera que blessé. Si nous l’accompagnons, au contraire, de notre amour, il ne pourra qu’en être éclairé, édifié et enrichi. Sans amour, la vérité ne fera que le rabaisser, le décourager, voir même le démolir. Combien nous devons tous veiller à l’esprit dans lequel nous sommes avant de nous adresser à notre conjoint.
Rappelons-nous aussi que si nous aimons véritablement la personne à laquelle nous nous adressons (et là il s’agit de la personne la plus proche que le Seigneur nous ait confiée) nous devons également savoir l’écouter. SAVOIR ECOUTER FAIT PARTIE DE L’AMOUR. L’amour écoute !

Toi qui te trouves dans cette situation et qui lis ces lignes, puisses-tu faire monter vers le Seigneur cette prière : « Seigneur, pardonne-moi d’avoir donné accès à l’ennemi en me querellant avec celle ou celui qui est à tes yeux, mon plus proche prochain. Je veux apprendre à penser, parler et agir, animé de ta patience, avec amour et douceur, même et surtout lorsqu’il s’agit de redresser ou d’exhorter, connaissant mon rôle de serviteur ou de servante, d’exemple, afin que ton Nom soit glorifié dans ma vie. Je veux veiller à garder en tout temps mon âme dans un esprit de douceur et de pardon continuel. La chair est faible, il est vrai, mais je veux compter sur l’assistance de ton Esprit qui me rappelle que je peux tout par celui qui me fortifie ».

Dorothée Hatzakortzian