PAROLES D'ENCOURAGEMENT

L’importance de bien commencer, mais aussi de bien finir notre vie chrétienne

Les temps de plus en plus difficiles que nous vivons nous poussent périodiquement à réexaminer nos voies et à faire un bilan de notre vie. L’apôtre Paul, nous exhorte dans son épitre au Philippiens en ces termes :
« Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages ; rachetez le temps, car les jours sont mauvais. C’est pourquoi, ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez quelle est la volonté du Seigneur (Eph 5 :15-17).
Le Seigneur revient bientôt et il ne faut pas que nous soyons confus à son apparition. Il n’est pas seulement indispensable de bien commencer notre vie chrétienne ; mais encore faut-il arriver en vainqueur au terme de notre vie terrestre ; encore faut-il glorifier notre grand Sauveur à la fin de notre pèlerinage ici-bas. Le Seigneur notre Dieu proclame :
« Je suis l’Alpha et l’Oméga, le Seigneur Dieu, Celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant » (Apoc 1 :8)
Notre Dieu en parfait exemple, est l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin. Il n’est pas seulement intéressé par un bon commencement dans notre vie chrétienne, mais aussi par une bonne fin, et cela quel que soit l’âge auquel il nous rappellera auprès de lui.

Comprenons l’importance de bien terminer notre vie chrétienne !

Pour parvenir à une fin de vie chrétienne victorieuse et qui glorifie le Seigneur, il est important de garder nos priorités à leur place, de ne pas gaspiller notre temps, et cela même en fin de vie pour les plus âgés. Le Seigneur veut que nous vivions en personnes sages, non comme des insensés, comme le dit le verset ci-dessus. Et le psalmiste ajoute :

« Enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que nous appliquions notre cœur à la sagesse » (Ps 90 :12).

Réalisons que le compte à rebours a commencé le jour de notre naissance, et que la fin de notre vie peut intervenir à n’importe quel moment. Que cette pensée nous conduise à avoir plus de sagesse quant à la gestion de notre vie.

Efforçons-nous à utiliser constructivement tous ces temps d’attente qui jalonnent notre vie, comme par exemple celui d’un temps de maladie, ou dans une salle d’attente en vue d’un rendez-vous, ou encore en d’autres occasions où il s’agit de patienter. Pourquoi n’utiliserions-nous pas ce temps qui pourrait être si propice pour lire une portion des Ecritures, mémoriser un verset ou encore prier en faveur d’une personne que le Seigneur mettra sur notre cœur, au lieu d’attendre que ce moment un peu désagréable passe.

En procédant de la sorte, nos périodes d’attente ne seraient plus des temps d’incertitude et d’indécision qui nous laissent souvent si anxieux et frustrés. Il serait tellement préférable que chacun de nous saisissent les occasions que Dieu lui donne pour prier, plutôt que de s’énerver et de perdre patience au sujet des obstacles qui viennent entraver sa route.

Avant que la mort n’arrive, chacun de nous est appelé à bien remplir les tâches que Dieu lui a confiées. Le Seigneur désire que la fin de l’œuvre qu’il nous a donnée à faire soit fructueuse et conforme à ses désirs. S’il est vital de bien commencer, il est encore plus important de bien finir. La vie de notre Seigneur, si intéressante et si riche, n’est-elle pas notre parfait exemple, et combien glorieuse est sa fin !

Dieu a la même vision pour chacune de nos vies ; il a préparé une fin victorieuse pour chaque chrétien. C’est la raison pour laquelle il est si important de ranimer en nous la flamme et la détermination d’accomplir la pensée de Dieu dans chaque domaine de notre existence. N’est-ce pas là le plus profond désir de chacun d’entre nous d’être capable un jour d’entrer dans ce ciel de gloire triomphant et non pas tout juste sauvé, comme au travers du feu !

Bien commencer notre vie chrétienne est capital, mais bien la terminer est encore plus important ! Dans le livre de l’Apocalypse il est précisé que seul ceux qui sont fidèles jusqu’à la fin hériterons d’une couronne et d’un nom nouveau. Ce seront les vainqueurs, ceux qui finiront leur vie glorieusement, qui recevront des mains du Seigneur la récompense promise.

Appliquons-nous, courageusement, à bien terminer notre vie et, par la foi, entrevoyons le Seigneur Jésus nous dire :

« C’est bien bon et fidèle serviteur, tu as été fidèle en peu de chose, je te confirai beaucoup entre dans la joie de ton Maître (Matth, 25 :21).

Combien, il est indispensable non seulement de recevoir notre salut, mais encore de travailler à notre salut, et cela jusqu’à la fin. Nous nous efforcerons alors d’autant plus à nous placer sérieusement devant le Seigneur avant de prendre des décisions importantes pour notre vie. Si nous voulons parvenir à une fin glorieuse, il nous faut lui demeurer attachés et loyaux dans tout ce que nous faisons.

Appliquons-nous quotidiennement à rester fidèles au Seigneur

Notre attention de chaque jour doit se concentrer à ne pas attrister, voir renier le Seigneur, mais à rester attachés à sa Parole. Rester fidèle veut dire observer ses commandements, appliquer sa Parole dans notre vie et nous efforcer à garder un cœur pur devant lui. David, un homme selon le cœur de Dieu, priait et demandait au Seigneur de l’aider à garder un cœur pur, de l’aider aussi à avoir un esprit bien disposé.

Garder notre cœur pur dans ce monde impur doit-être notre priorité. Ce n’est pas toujours facile, c’est pourquoi les Ecritures nous exhortent à nous y appliquer, à user de vigilance et à veiller sur notre salut quotidiennement. C’est aussi la raison pour laquelle elles nous exhortent à de nombreuses reprises, à nous nourrir spirituellement chaque jour en prenant le temps de lire la Parole de Dieu. Le verset si connu : « l’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » ne nous démontre-t-il pas l’importance de ne pas négliger notre âme ? Prenons du temps pour nous nourrir de cette précieuse Parole divine. C’est fondamental, car tant de choses dans notre environnement nous incitent à nous laisser glisser dans le sens contraire.

Dans Proverbes 20 :11 il nous est dit que déjà dans la vie d’un enfant on peut entrevoir, au travers de ses actions, ce qu’il va devenir :

« L’enfant laisse déjà voir par ses actions, si sa conduite sera pure et droite. »

Notre conduite, nos négligences, notre attitude et ce que nous faisons de nos journées révèlent déjà comment nous allons terminer nos jours. Si nous ne nous ressaisissons pas et ne veillons pas sur notre cœur, si nous ne nous efforçons pas à marcher dans la sanctification et si nous ne recherchons pas à marcher de progrès en progrès dans les voies du Seigneur, nous déterminons déjà maintenant la fin de notre vie qui, sans aucun doute, ne pourra être victorieuse.

Si nous considérons notre tâche quotidienne comme un éternel petit « train-train », nous risquons bien un jour de tomber dans la dépression et de perdre notre joie. Notre esprit négatif pourrait alors finir par contaminer notre entourage. Rappelons nous sans cesse que, chaque jour, le Seigneur voudrait faire de nouvelles choses en nous et au travers de nous, et qu’il nous appelle à accomplir les tâches qu’il nous a confiées avec joie, comme pour lui !

Chaque chrétien a en lui le potentiel nécessaire pour bien terminer sa vie

Le Seigneur a mis en chacun de nous la capacité de finir sa vie en le glorifiant. Mais si nous nous relâchons en chemin, l’espérance de bien finir notre vie s’estompera.

Du départ jusqu’à l’arrivée, notre chemin peut-être long. Mais si nous gardons une attention soutenue vers ce but à atteindre, celui d’honorer le Seigneur jusqu’à notre mort, cela nous aidera à veiller sur nos paroles, à faire de bons choix, à ne pas faiblir ou nous décourager. Ne comptons pas sur nos propres forces ou notre sagesse pour y parvenir, mais appuyons-nous sur celles de notre Seigneur qui a bien dit que ce n’est ni par la force, ni par puissance que nous y parviendrons, mais que c’est par l’Esprit de Dieu en nous.

C’est seulement notre foi en Lui qui nous conduira vers une fin de vie victorieuse et qui nous permettra d’honorer le nom de notre Sauveur jusqu’à la fin. Ne cherchons pas à vivre ou à penser comme tout le monde, et surtout ne perdons pas de vue le but suprême à atteindre : glorifier notre Maître et notre Roi au travers de toute notre vie, peu importe le prix que nous aurons à payer, et cela jusqu’à notre départ de ce monde pour la patrie céleste.

Nous avons commencé avec Jésus et nous voulons finir avec lui. Qu’il soit le premier et le dernier dans notre existence et que rien d’autre ne compte plus pour nous, c’est ainsi que nous pourrons entrer avec joie en Sa Présence, lorsque l’heure de notre départ vers lui aura sonné.

Dorothée Hatzakortzian

www.compassion-france.com