ANECDOTES POUR MIEUX COMPRENDRE L'EVANGILE

As-tu une relation vivante et réelle avec Jésus ?

Quelques fermiers se trouvaient un jour en chemin en direction du marché d’une grande ville pour y vendre leurs produits. Ils étaient tous ensemble montés dans le dernier wagon d’un train. Leurs discussions, de plus en plus animées, les avaient empêchés de voir ce qui se passait autour d’eux. Soudain, l’un d’entre eux, s’apercevant que rien n’avait bougé, s’exclama : « Mais pourquoi le train n’est-il pas encore parti ? » Tous s’empressèrent alors de regarder par la fenêtre et furent obligés de se rendre à l’évidence : personne ne voyait plus ni locomotive, ni d’autres wagons. En fait, le train était parti depuis déjà fort longtemps. Ils venaient donc tous de rater aussi bien le train que le marché où ils devaient se rendre. Et pourquoi donc ? Le dernier wagon dans lequel se trouvaient tous ces fermiers n’avait pas été accroché au reste du train.

N’en est-il pas de même pour les gens qui, tout en se prétendant chrétiens, n’ont aucune relation vivante et personnelle avec Jésus ? Vu de l’extérieur, ces personnes semblent se trouver sur la bonne voie. Elles vont peut-être entendre les mêmes prédications, chanter les mêmes chants et bénéficier de la même réputation que de vrais chrétiens nés de nouveau. Que leur manque-t-il alors ? Ce qui leur fait défaut, c’est précisément une foi vivante et réelle avec Celui qui voudrait être leur Sauveur et Maître.

Les tampons du wagon des fermiers resté à quai pouvaient éventuellement avoir touché ceux du wagon précédent, mais sans que celui-ci leur soit relié. Les compartiments de ce wagon étaient probablement en parfait état, cependant la triste réalité demeurait la même : nos voyageurs ne sont jamais parvenus à destination. Si tu te trouves dans une semblable situation, ne serait-il pas judicieux et même urgent pour toi que tu te poses la question : « Où en est ma relation personnelle avec Jésus ? Est-elle réelle, vivante où ne serais-je relié à lui que par des pratiques religieuses, une confession chrétienne apparente ? »

L’heure du retour de Jésus-Christ va bientôt sonner. Le Fils de Dieu va paraître sur les nuées du ciel pour attirer à lui tous ceux et celles qui auront su entretenir avec lui une communion réelle. Il les transportera dans son ciel de gloire. Ne seront enlevés que ceux qui auront mis leur vie en règle avec lui, en l’acceptant comme Sauveur et Seigneur de leur vie, persévérant dans leur obéissance à Sa Parole. Tous les autres, qu’ils se soient tenus éloignés ou plus ou moins rapprochés, comme ces fermiers, manqueront leur but comme eux.

 

Arrestation de rebelles

Lors des persécutions qui sévirent en Ecosse contre les Réformés, au 18e siècle, le pasteur John Welsh se perdit dans les montagnes, alors qu'il se rendait à une réunion de chrétiens fixée au lendemain.
La nuit tombait ; il aperçut une maison dans le loin¬tain. Est-ce la maison d'un ami ou d'un adversaire ? Welsh n'avait pas d'autre choix que de frapper à cette porte. Bientôt les propos de son hôte lui confirmèrent qu'il était entré chez un ennemi déclaré des Réformés. Cet homme cherchait à faire comparaître devant les tri¬bunaux un certain John Welsh dont chacun vantait le zèle.

Le digne pasteur ne broncha pas et se contenta de dire : "Je suis en route pour arrêter des rebelles. Je sais où trouver John Welsh. Si vous voulez bien m'accompagner, je vous le livrerai demain".

Dès le lendemain matin, les deux hommes partirent ensemble. On devine la surprise de l'hôte quand il se trouva au milieu de gens réunis pour rendre culte au Seigneur. Et son étonnement augmenta encore quand il vit celui qu'il avait logé la veille prendre place dans l'assistance, puis prêcher avec une puissance donnée par Dieu lui-même. La prédication terminée, l'homme s'approcha de Welsh et lui dit : "Vous m'avez dit hier soir que vous alliez arrêter les rebelles. Je suis du nombre. Je me suis révolté contre Dieu, mais la grâce a été plus forte, et c'est elle qui s'est emparée de moi !".

www.compassion-france.com