ANECDOTES POUR MIEUX COMPRENDRE L'EVANGILE

UN BIEN CURIEUX PRISONNIER

Au début du règne de Louis VI, le vice-roi de Naples visitait les galères. Pour honorer son passage, on lui donna l'autorisation de libérer un prisonnier. Mais lequel ? Alors, il les ques¬tionna et tous se prétendirent justes, sauf un qui lui dit : « Je suis un pauvre type, je paye, c'est normal ». « Misérable, dit le roi, quel malheur que tu sois parmi tous ces braves gens ! Tu vas les contaminer. Hâte-toi de sortir ! » Et il fut gracié.

Parmi les raisons non avouées qui nous éloi¬gnent de la Parole de Dieu, il y a sans doute le fait que ce livre agit comme révélateur. En nous en approchant, nous nous sentons coupables, pécheurs et perdus, et la plupart du temps nous n'allons pas plus loin parce que cette révélation nous gêne. C'est normal car, au sens spirituel du mot, nous ressemblons aux "justes" de notre histoire. Mais si nous avions un peu de bon sens, nous laisserions l'Esprit de Dieu faire son œuvre en nous. En continuant la lecture, nous com¬prendrions bien vite que cette révélation n'a pour but que de nous sauver, nous purifier et nous gracier.

Le roi David avait compris cela et, dans le psaume 51, il demande à Dieu d'accomplir en lui son salut.

 

QUAND L'ÉPREUVE PARAÎT INCOMPREHENSIBLE

Sir James Thornhill peignait la coupole de St-Paul de Londres. Il venait d'en achever une section. Pour juger de l'ensemble de son travail, il recule de quelques pas. Mais le voilà au bord de l'échafaudage. Un pas de plus... et il va plonger dans le vide !

Son aide, réalisant rapidement le danger, lance son pinceau gorgé de peinture sur le chef-d'œuvre de son maître. Aussitôt l'artiste, très en colère, bondit vers son assistant pour le secouer violemment. « Mais, dit celui-ci, en abîmant votre travail, je vous ai sauvé la vie ». La colère de l'artiste se trans¬forma rapidement en reconnaissance.

Que de fois nous sommes contrariés par telle ou telle épreuve dont nous ne comprenons pas la raison. Ce peut être une erreur que nous commettons, une méchanceté dont nous sommes victimes, un contre¬temps fortuit. Pourquoi ? Pourquoi ?

Or Dieu, le Seigneur, connaît les circonstances et les cœurs ; il sait très bien pourquoi tel événement peut accomplir sa volonté et servir au bien de ses enfants. Il utilise même nos propres erreurs dans ce but. Cela nous pousse à la reconnaissance. Nous savons, du reste, que toutes choses coopèrent au bien à ceux qui aiment Dieu". Faites-lui donc confiance et laissez-le diriger votre vie.