ANECDOTES POUR MIEUX COMPRENDRE L'EVANGILE

Seigneur, sauve-moi !

« Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais voyant que le vent était fort, il eut peur ; et comme il commençait à enfoncer, il s'écria : Seigneur, sauve-moi ! Aussitôt Jésus, étendant la main, le saisit et lui dit : Homme de petite foi, pourquoi as-tu douté ? »

Matthieu 14/29-31

Je me souviens d'un jour de Noël qui risqua d'être le dernier jour de ma vie. J'avais alors environ dix ans. Depuis deux ou trois jours, le lac était gelé près de notre village, tout juste recouvert d'une couche de glace suffisante pour permettre aux amateurs de patinage d'y évoluer. Pressé d'essayer les patins que je venais de recevoir, je me risquai le long de l'embarcadère sur une couche de glace beaucoup plus mince que je ne pensais. A un moment donné, un craquement sourd se fit entendre. Avant même de réaliser ce qui se passait, je pris un bain forcé. Suffoqué par la température de l'eau, je ne pouvais crier. Mon bras droit levé était le seul moyen de me faire repérer. Par bonheur, quelqu'un m'aperçut du bord et me saisit par la main pour me hisser sur le quai. J'étais sauvé !

Ma mésaventure d'apprenti-patineur est une illustration de la condition humaine. Aujourd'hui, nous assistons au drame de l'humanité entraînée de plus en plus dans sa perte par le péché. Cependant, une main se tend encore, celle de Jésus Christ. De son côté, tout est prêt pour nous sauver. Il attend que nous tendions la main vers lui, à l'exemple de Pierre dont il est écrit dans l'Evangile : « Comme il commençait à enfoncer, il s'écria : Seigneur, sauve-moi ! Aussitôt Jésus, étendant la main, le saisit ! »
Cette expérience qui aurait pu m'être fatale m'a aidé à comprendre que je courais à ma perte et que je ne pouvais, seul, me libérer du péché. J'ai alors saisi, par la foi, la main que Jésus Christ me tendait.

Extrait des méditations quotidiennes « La Bonne Semence»