ANECDOTES POUR MIEUX COMPRENDRE L'EVANGILE

La force et la douceur du mariage

J’ai été profondément impressionné lorsque mon père, le jour de ses noces d’argent, a regardé sa femme en lui disant : « Pendant ces 25 années, je t’ai aimée chaque jour davantage ». Et c’était vrai ! Le mariage de mes parents n’a pas été un long refroidissement d’une vie commune, mais l’approfondissement d’un amour renouvelé.

Ils avaient réalisé la force et la douceur du mariage, à force de grande intimité et de partage pour la vie. C’est ce que souligne l’expression «ta compagne», si dévalué aujourd’hui, dans Malachie 2/14 : « L’Eternel est témoin entre toi et la femme de ta jeunesse, … elle est ta compagne et la femme de ton alliance ». Elle est «la femme de ta jeunesse», la femme de tes premières et vives affections, celle de tes joies et de tes peines passées. Elle a été ton aide, ton amie.

Maintenant, tu voudrais l’abandonner ? Non, n’agis pas perfidement. Ne trahis pas tes engagements envers celle qui te fait confiance. Sois fidèle, aimant et loyal. Elle est «la femme de ton alliance» que Dieu seul peut te permettre de respecter, celle envers laquelle tu t’es engagé, le jour de ton mariage, devant le Dieu vivant. Il en est témoin. Tu as promis de la chérir et de la protéger, de la traiter avec respect et tendresse. Ne l’oublie jamais.

Le manque de droiture, la corruption qui nous entoure, sont un grand danger à notre époque. Ne laissons pas germer l’amertume, ni se creuser un fossé dans notre couple. Prenons soin de notre relation conjugale, afin d’en préserver l’exclusivité et la pureté.

Chrétiens, Dieu veut nous donner les ressources pour vivre notre mariage d’une manière heureuse, dans un esprit de paix et de pardon!

Extrait de « Vivre aujourd’hui » 2003
471, avenue Victor Hugo – 26000 VALENCE

Et cela, est-ce à toi ?

Voici bien longtemps, un seigneur se promenait sur ses terres. Un paysan lui demanda à qui appartenait le château, bien visible avec ses tours, en haut de la colline.
- A moi, répondit le Seigneur.
Puis, pour étonner davantage encore le paysan, il ajouta :
- Vois-tu cette vaste forêt, ce beau lac, ces prés, ces champs… Tout cela m’appartient, c’est à moi.

L’homme le regarda longuement, puis il lui montra le ciel :
- Et cela, est-ce à toi ?
Si nous n’avons regardé jusqu’alors qu’aux choses matérielles qui ne sont que pour un temps bien limité ici-bas, laissons-nous interpeller par la question si sérieuse du paysan.
- Et cela, est-ce à toi ?
Jésus dit que la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, même s’il est dans l’abondance. Ce n’est pas l’héritage terrestre qui importe, mais l’héritage céleste, héritage qui ne consiste pas en propriétés et comptes en banque faramineux, mais qui découle de notre foi au Christ. Nous avons entendu la parole de Jésus : Ne vous amassez pas des trésors sur la terre… mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où les vers et la rouille ne détruisent pas, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent.
Le véritable croyant, qui a fondé toute sa foi sur Jésus-Christ crucifié et ressuscité peut dire, avec ce verset de la Bible : Pour nous, notre cité est dans les cieux…

Extrait de « Vivre aujourd’hui » 2003
471, avenue Victor Hugo – 26000 VALENCE